POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 20 juin 2014

Des bâtons d'encens pour créer "500.000 emplois" dans le tourisme

Fleur Pellerin mise sur les touristes étrangers pour créer des emplois
Le gouvernement a dévoilé son plan pour attirer davantage de touristes étrangers 

La secrétaire d'Etat chargée du Commerce extérieur et du tourisme reconnaît qu’il est "difficile de fixer des objectifs chiffrés", mais estime néanmoins que d’ici ...2030, "500.000 emplois en plus" pourraient être créés dans ce secteur. En effet, selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, en 2030, un milliard de pélerins  touristes de plus parcourront le monde et la France pourrait ainsi gagner des emplois en dormant.
Pellerin espère "récupérer 5% de cette population"
La mobilité internationale entraînerait ainsi d’importantes créations automatiques de postes. 
Toute ministre de plein exercice de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme qu'elle ait pu être pendant deux ans (2012-2014), Sylvia Pinel se fait sèchement tacler au passage. Fleur Pellerin estime en effet qu'avant son arrivée, le tourisme était "un bassin d’emploi qu’on a eu tendance à sous-estimer, qu’on a un peu méprisé". 
L'ex-Coréenne Fleur Pellerin se félicite en revanche que le président de la République ait parlé du tourisme comme d’une "priorité nationale". 

Le tourisme, "image de marque de la France", plutôt qu'Alstom 

Pour faire occulter le dépeçage d'Alstom, fleuron de notre industrie, le pouvoir socialiste compte faire du tourisme un des axes économiques principaux et redorer son image. Afin que la France conserve son "image de marque", les équipes du secrétariat d’Etat au tourisme ont vécu "l’expérience du tourisme" dans le but de "régler tous les irritants". De la demande de visa au retour au pays d’origine, tout ce qui "énerve, stresse, agace" le touriste sera corrigé. Fleur Pellerin cite notamment "le passage des douanes, l’attente trop long du RER" comme objectifs prioritaires. Aussi, afin d’éviter les interminables files d’attente à l’entrée des attractions touristiques principales, elle propose de "repenser la circulation et les méthodes de réservation pour les fluidifier". Le but affiché est simple : "que l’expérience du touriste soit agréable et qu’il ait envie de revenir".

De grands travaux en perspective, fleur au fusil
Tourisme à la coréenne en France
Fleur Pellerin évoque des "grands travaux" et "d’importants investissements" (privés?) pour la mise en place de ce plan. Il est en effet, selon elle, nécessaire de "mettre au niveau les infrastructures en qualité et en volume". Le nombre de lits par exemple est très insuffisant, selon elle, pour accueillir de nouveaux touristes, mais la poliique du logement menée par l'écologiste radicale Cécile Duflot, ne l'y aidera pas. Elle annonce aussi la création du "Charles-de-Gaulle express" qui reliera en 20 minutes l’aéroport à la capitale. "On va boucler le financement", annonce-t-elle.
"Les touristes ne comprennent pas pourquoi les magasins sont fermés le dimanche", observe la secrétaire d’Etat au tourisme. Elle espère donc entamer un "dialogue avec les partenaires sociaux" dans le but d’ouvrir les magasins dans les "zones touristiques" de la capitale, dont 60% de la clientèle est étrangère. Elle assure que cette question sera à l’ordre du jour de la grande conférence sociale organisée par François Rebsamen, ministre du Travail et du dialogue social.
Pellerin veut une France mercantile. Elle veut "développer d’autres parties du territoire", et travailler sur des "marques" géographiques, afin de promouvoir tous les territoires. "Les touristes veulent une expérience, pas seulement qu’on les trimballe en bus d’un monument à un autre", assure la secrétaire d’Etat. 
Mars 2013: le couple Pellerin visite
 la Corée mais ne réduit pas encore 
ses émissions de CO2
Aussi, elle compte créer des "pôles d’excellence", "thématiques", notamment en campagne en "donnant des choses à faire" aux touristes, afin qu’ils découvrent la France autrement. Elle cite notamment l’exemple du "slow tourism" avec le développement du transport fluvial. L'idée n'est pas nouvelle et à l'instar du mouvement "slow Food", s'organise autour de trois idées fondamentales: le respect de la culture locale et des spécificités, la réduction de l'impact environnemental et le retour au plaisir. 
Et le tout-anglais jusqu'au fin fond de nos campagnes.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):