POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 24 juin 2014

Congé maternité: la condescendance d'Obama pour la France

"Si la France le peut, pourquoi pas nous ?"

L'arrogance américaine ne faiblit pas
Barack Obama a regretté que les États-Unis soient le seul pays développé à ne pas offrir de véritable congé maternité. Intervenant lundi au "Sommet pour les familles qui travaillent" à Washington, le président démocrate a appelé à la création d'un nouvel environnement de travail favorable à la famille. Le président américain a ordonné aux agences gouvernementales d'adopter des pratiques plus flexibles sur le lieu de travail pour permettre aux parents de gérer leurs engagements à la fois professionnels et familiaux.

Yes, we can! Can't they? "D'autres pays savent le faire. Si la France le peut, nous le pouvons aussi", a lâché le président métis condescendant, appelant notamment à une nouvelle approche en matière de congé maternité et d'accès à l'éducation dès la petite enfance. "Il existe un seul pays développé dans le monde qui n'offre pas de congé maternité", a observé Barack Obama devant un public largement acquis à sa cause (ou inversement...) dans un hôtel de Washington. "C'est nous, a-t-il martelé. Et ce n'est pas le genre de liste sur laquelle on souhaite figurer tout seul", a-t-il insisté. Deux Etats ont leur propre système de santé universel et 58% seulement des Américains qui sont assurés le sont via leur entreprise (en 2007).

"Je prends cela personnellement", comme l'assurance maladie...

Obamateur
Le 14 décembre 2010, un juge fédéral déclara non constitutionnelle la clause phare de sa réforme de l'assurance maladie, votée (2009-2010) à l'arraché. Cette mesure prévoyait en effet que, sous peine de sanctions fiscales, chaque Américain ait une assurance maladie, même minimum, d'ici trois ans.

Les États-Unis ne disposent pas de loi fédérale instituant un congé maternité payé. Certaines entreprises proposent ce congé, mais il reste très limité. Le président a regretté que le Congrès, où le peuple a envoyé des "députés" républicains à la Chambre des représentants, ne fasse pas assez pour aider les Américains dans leur vie de tous les jours. Il a ainsi appelé les élus à adopter la Loi d'équité pour les travailleuses enceintes, qui oblige les employeurs à offrir une certaine flexibilité pour les femmes enceintes qui continuent à se rendre au travail jusqu'à très tard dans leur grossesse.

Le président s'est déclaré très engagé sur cette question, ayant lui-même été élevé par une mère et une grand-mère blanches qui passaient de longues heures au travail, et étant aussi le père de deux jeunes filles. "Je prends cela personnellement parce que je suis le mari d'une femme remarquable qui s'est battue pour travailler et en même temps élever nos filles lorsque j'étais en déplacement, et je me souviens des efforts qu'elle a dû faire", a-t-il raconté. Mettant en scène ses filles, Malia et Sasha, toutes deux adolescentes, Barack Obama a dit souhaiter "qu'elles soient capables d'avoir une famille, qu'elles soient capables d'avoir une carrière et qu'elles soient capables d'aller aussi loin que leurs rêves les porteront. Et je veux une société qui défende cela", a-t-il affirmé. Si jamais ses filles n'avaient pas les ressources suffisantes pour avoir du personnel.
A elle seule, la réforme de l'assurance santé devrait coûter 940 milliards de dollars (695 milliards d'euros) sur dix ans.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):