POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 6 juin 2014

Concentration de la presse aux mains de quelques riches socialistes: après Le Monde, le Nouvel Observateur

Les milliardaires, amis de Hollande, peuvent s'emparer  du Nouvel Observateur

Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse sont autorisés à racheter le groupe de presse de Claude Perdriel
Trois des oligarches socialistes:
Pigasse, Bergé, Niel
Bien que chargée de lutter contre les pratiques anti-concurrentielles, l'Autorité de la concurrence a donné son feu vert au rachat du Nouvel Observateur par des hommes d'affaires, les nouveaux propriétaires du quotidien Le Monde (2010), Xavier Niel, Pierre Bergé et Matthieu Pigasse. En 2011, la fortune de ce dernier était (sous-) estimée à 120 millions d'euros.

Pluralisme de la presse en danger
Nommés par le ministre des Finances, les membres de cette Autorité de la concurrence viennent de rendre une décision par laquelle ils autorisent la prise de contrôle du Nouvel Observateur par les milliardaires socialistes Pierre Bergé, un industriel du grand luxe (maison de haute-coutre Yves-Saint-Laurent) et soutien médiatique et financier du PS, Xavier Niel, qui investit en 2010 dans plusieurs start-ups liées à l'information en ligne (Mediapart, Bakchich) et qui possède Monaco Telecom, et Matthieu Pigasse, banquier passé par les cabinets ministériels de Dominique Strauss-Kahn et de Laurent Fabius.


Cette opération s'effectue via leur structure commune Le Monde Libre,
propriétaire du groupe Le Monde.

Elle porte sur l'acquisition de 65% du Nouvel Observateur pour la somme de 13,4 millions d'euros. Le fondateur du magazine, Claude Perdriel, indutriel en sanibroyeurs, conserve 35%. Que penser donc désormais de l'affirmation de la presse de gauche selon laquelle les media seraient toujours en majorité intégrés à des groupes industriels, Mediapart nommant exclusivement Lagardère (propriétaire du magazine féministe Elle, Télé 7 jours, Le Journal du dimanche, dont des journalistes protestèrent en 2010 contre la position du groupe Lagardère vis-à-vis du pouvoir, affirmant  que le JDD, "pas plus que n'importe quel autre media, n'a à se plier aux désirs d'un pouvoir, ni à céder aux pressions ou aux menaces, d'où qu'elles viennent", de Paris Match, qui employa l'ex-concubine du président Hollande, et Europe 1, dont le PDG, Denis Olivennes, vient du Nouvel Observateur, et qui tous militèrent néanmoins pour le candidat de la gauche, Bouygues (groupe TF1 qui détient la chaîne de télévision éponyme et à 100 % les chaînes Eurosport, LCI, NT1, 80 % de TMC, 50 % de TF6 et 100 % de l'édition française de presse gratuite, Métronews), Dassault qui ne possède quasiment plus que Le Figaro?...

L'acquisition ne porterait pas atteinte à la concurrence !... 
L'Autorité a considéré que l'opération "n'est pas susceptible de porter atteinte à la concurrence dans la mesure où les parts de marché cumulées des parties restent limitées sur tous les marchés de la presse magazine". 
Même si les acheteurs cumuleront la possession de deux groupes de presse, les différents titres de la nouvelle entité devront encore "faire face à des concurrents importants, tel que le groupe belge L'Express-Roularta (L'Express, L'Expansion, Lire, L'Étudiant), Le Point (appartenant, via la holding Artémis, à l'ancien propriétaire du groupe Pinault-Printemps-Redoute, l'homme d'affaires François Pinault, lequel, en 2012, fit connaître son intention de voter pour François Hollande), Le Figaro, Lagardère Active, Prima Media ou encore Marianne (hebdomadaire fielleux orienté à gauche et anti-Sarkozyste)", souligne l'Autorité. Le groupe du Nouvel Observateur a enregistré une perte nette de 9,8 millions d'euros en 2013.


Pourtant, le groupe Le Monde concentre déjà plusieurs titres de presse
Télérama, magazine culturel ;
Courrier international ;
La Lettre de l'éducation ;
Le Monde diplomatique (51 %)
La Vie, hebdomadaire chrétien social. Or, l'Autorité de la concurrence n'est pas perturbée par le risque d'ingérence de Bergé dans la ligne rédactionnelle du Nouvel Observateur. En juin 2013, le socialiste totalitaire, propriétaire du groupe Le Monde et militant de la cause homosexuelle, avait portant fait savoir qu'il "désapprouve en tous points les éditoriaux de La Vie contre le mariage pour tous". Pierre Bergé menaça même d' "abandonner La Vie si de telles prises de position devaient se reproduire".

A titre privé, le banquier Matthieu Pigasse est déjà un magnat de la presse
L'Autorité de la concurrence ne voit pas d'inconvénient non plus à ce que ce banquier, directeur général délégué de la banque Lazard en France et vice-président de Lazard en Europe, soit propriétaire et président du magazine Les Inrockuptibles depuis 1986, et non seulement actionnaire du journal Le Monde mais aussi du Huffington Post
Cette instance administrative n'est encore pas interpellée par cette autre atteinte à la concurrence. Rien ne semble la retenir dans son favoritisme socialiste, puisque Pigasse a pourtant montré de quoi il est capable par amitié socialiste en nommant directrice générale chargée de l’éditorial, Audrey Pulvar, alors concubine du ministre PS Arnaud Montebourg.
Le Monde annonça le lancement, en janvier 2012, de la version française du site l'américain The Huffington Post. L'ex-épouse du candidat PS à la présidentielle 2012, Anne Sinclair, est la première directrice éditoriale de cette version française.Or, ce site est détenu à 51 % par la maison-mère américaine, à 34 % par Le Monde et à 15 % par le banquier Matthieu Pigasse.
Tout le monde y voit la concentration de la presse entre quelques mains socialistes, sauf l'Autorité de la concurrence...

Le troisième repreneur du Nouvel Observateur n'est pas un modèle de vertu
Xavier Niel n'est pas seulement vice-président du groupe de télécommunications français Iliad, maison mère du fournisseur d'accès à Internet et opérateur de téléphonie mobile Free. Ce troisième larron a aussi été mis en examen et placé en détention provisoire à la prison de la Santé (Paris) pendant un mois en 2004 pour proxénétisme aggravé et recel d'abus de biens sociaux concernant un de ses "peep-shows". En 2005, le juge d'instruction Renaud Van Ruymbeke rendit une ordonnance de non-lieu en sa faveur, concernant les accusations de proxénétisme: Niel était déjà quasiment intouchable, comme co-concepteur de la Freebox...
Mais Niel est encore condamné en octobre 2006 à deux ans d'emprisonnement avec sursis et à 250.000 euros d'amende pour recel d'abus de biens sociaux datant de 2001 à 2004 pour cette affaire de "peep-shows" dont il était actionnaire et pour lesquels il perçut quelque 200.000 euros sur trois ans. Suite à cette affaire, Xavier Niel attaqua plusieurs fois en diffamation le journal Libération et l'auteur d’articles évoquant ses démêlés judiciaires. Xavier Niel et la société Free furent déboutés en 2008 et condamnés à verser des dommages-intérêts à Libération pour procédures abusives, mais l'Autorité de la Concurrence n'y a pas vu depuis la volonté de ce candidat à la reprise du Nouvel Observateur une volonté de museler la presse...


Et pour mémoire, le quotidien socialiste  Libération a pour actionnaires de référence les hommes d'affaires Bruno Ledoux - Société minière et métallurgique de Penarroya (Metaleurop), propriétaire du siège du journal et fondateur et actionnaire de référence du Groupe Colbert, auteur de nombreuses acquisitions en partenariat avec les principales banques d'affaires mondiales Lehman Brothers - et Édouard de Rothschild, homme d'affaires dont le magazine Challenges (groupe de presse Perdriel) estima la fortune (avec David de Rothschild ) à 315 millions d'euros, en 2007.

L'aveuglement de l'Autorité de la concurrence interpelle les démocrates 

Elle vient en effet d'accorder une prime à Bergé pour ses odieux propos publics

En novembre 2009, il accusa le Téléthon de "parasiter la générosité des Français d'une manière populiste".
lors du débat sur l'ouverture du mariage aux couples du même sexe, cet octogénaire déclara à propos de la GPA: "Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l'usine, quelle différence ?"

Le 16 mars 2013, le vieillard indigne, militant de la cause homosexuelle et de la lutte contre le sida, récidiva sur Twitter, avec cet ignoble message : "si une bombe explose sur les Champs à cause de #laManifPourTous, c'est pas moi qui vais pleurer".
En septembre 2013, ce socialiste haineux se déclara favorable à la suppression de toutes les fêtes chrétiennes en France.

Le destin du Nouvel Obs est-il dans de bonnes mains ?
Début 1987, P. Bergé lança le magazine Globe, qui soutint la candidature de François Mitterrand en 1988.
En 1990, il co-fonda Courrier international qui se fit racheter par le groupe Le Monde. 
En 1993, il aida aussi au lancement du magazine Globe Hebdo qui, déficitaire, stoppa ses activités l'année suivante.

1 commentaire :

  1. Les médias nous prennent pour des cons mais l'info la vraie existe

    http://www.les-crises.fr/interview-poutine-scandale-des-coupes/

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):