POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 27 mai 2014

Une proche de Fillon s’en prend à la "bande de connards" de l’Elysée

Roselyne Bachelot ne maîtrise plus sa liberté de parole

L'ex-ministre de Fillon prépare-t-elle son retour dans les bagages de Fillon?
Le Grand Huit lui a tourné la tête, à moins que ce ne soit l'offensive des fillionnistes contre Copé. Roselyne Bachelot est certes passée maîtresse dans lecommentaire décapant depuis qu’elle a rejoint la chaîne D8 sur la TNT. Elle n'a plus aucune retenue et ses anciens collègues du gouvernement peuvent s'attendre à tout de sa part. Mais, ce lundi matin, l’ancienne ministre a donné des scores des élections européennes et la montée du Front National une interprétation personnelle et rééquilibré son caillassage.

Bachelot réoriente ses dézingages

Proche de François Fillon, la caillera a tout d’abord attaqué la stratégie du président de la République et de sa majorité : "On peut se poser la question de la stratégie de communication du Parti socialiste dans cette affaire. François Hollande fait quoi ? Il va au festival de l'impro ! Accompagné par quatre ministres".

Puis la chroniqueuse de Laurence Ferrari a accablé Manolo Valls 
"Il va en Espagne, parler en espagnol et en catalan": " Manuel Valls, qu'on aurait pensé plus habile, fait son grand meeting de campagne, alors que le pays traverse une crise identitaire, il va en Espagne, parler en espagnol et en catalan. Et sur quoi le parti socialiste a-t-il axé sa campagne ? Sur la défense de la présidence de la commission européenne de Martin Schulz. Or, Martin Schulz, il fait partie d'un parti qui a justement fait alliance avec la droite en Allemagne ".

Visiblement frappée de lucidité, Roselyne Bachelot conclut : "On se demande qui sont les communicants de l'Elysée ! C'est vraiment une bande de connards ".

Copé doit démissionner

Mais l’ex-ministre continue à caillasser les obstacles à l'ambition de Fillon, singulièrement Jean-François Copé, justement empêtré dans l’affaire Bygmalion: " Il y a une seule sortie pour lui, c'est de démissionner de la présidence de l'UMP. C'est le plus grand service qu'il peut rendre à la reconstruction du parti. Il est très, très lourdement plombé par cette affaire Bygmalion". 

Un bouc émissaire peut-il suffire à sauver l'ensemble du Bureau ?
Ce type de déclaration est un indice fort permettant de déduire qui est à l'origine des accusations. S'il est vrai que le coupable est souvent celui à qui profite le crime, savoir si l'agresseur s'en tirera indemne.

4 commentaires :

  1. Anonyme a dit...

    Il est clair qu'en ce qui me concerne, Fillon n'aura pas ma voix s'il se présente à la présidence de notre parti.

    Pas non plus s'il se présente à la primaire et pas plus s'il la gagne.

    Et je peux vous dire que je lui fais la publicité qu'il mérite.

    Cet homme est un personnage abject.
    le seul qui puisse être à son niveau est M Hollande soi-même.

    Du triste monde qui ne fait pas honneur à l'UMP!

    mai 27, 2014

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 100% avec vous.............Fillon qui a craché sur Sarko alors qu'il a été son premier ministre pendant 5 ans et n'a pas démissionné..................
      Fillon aout, Juppe qui se sent pousser des ailes droit dans ses bottes qui veut s'allier avec le centre juppé qui se voit président de la république..................le centre? jouanno et cie qui par exemple s'est fait élire sénateur sous l'etiquette ump et qui a ensuite tourné le dos à l'ump, senateur, je cauchemarde........

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme mai 27, vous accusez Fillon d'être "abject" Pourriez-vous dire pourquoi ? Pour ma part, c'est un des rares hommes d'Etat de l'UMP. Son début de programme (Baisse drastique de l'immigration, abandon de la double nationalité pour les naturalisés, baisse de près de moitié des parlementaires, réforme territoriale, etc..) est bien plus volontariste et courageux que les projets de l'ex-président du parti Copé. De plus, malgré les moqueries, il a été fidèle et loyal jusqu'au bout à Sarko.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):